Lavables ou jetables (3)

Après la théorie et les belles paroles de femme enceinte, voici concrètement ce que je pense des lavables.

  • Les lingettes lavables vs. jetables

Completement adoptées ! Non seulement par moi et le papa mais aussi et surtout par la crèche.
J’utilise des lingettes en flanelle toutes douces pour à peu près tout : le lange, le nettoyage, le debarbouillage, etc…
J’ai une petite bassine d’eau savonneuse pres de la table à langer dans laquelle je mets couches et lingettes (ainsi que les habits tâchés). Je les laisse tremper jusqu’à la prochaine lessive, ca permet de pré-détacher pas mal et en général après un lavage à 30 ou 40°C , ça ressort nickel !
Pas de problèmes d’odeur non plus car c’est principalement des traces, le plus gros est enlevé avec la couche.

  • Les couches lavables vs. jetables

Bilan mitigé pour les couches lavables. Moi qui pensais les utiliser assez rapidement après la naissance, j’ai vite déchanté lorsqu’il m’a fallu plier en deux une couche jetable pour préma pour la mettre à ma Poulette… les couches lavables etaient presques plus grandes qu’elle !
Elles sont donc restées dans le placard quelques mois et l’habitude d’utiliser des jetables s’est installée. Je les ai ressorties récemment  et je ne les utilise qu’à la maison pour l’instant donc au rythme d’une par jour environ.

Je misais beaucoup sur les Grovia, j’avais d’ailleurs acheté 3 inserts mais finalement un insert aurait été suffisant car la sur-couche ne survit généralement jamais à un change… ce qui enlève finalement l’intérêt principal de ces couches. Finalement je crois bien que ma préférence va au duo couche+coulotte contrairement à tout ce que pensais auparavant. Je ne sais pas trop pourquoi mais j’aime mieux ça qu’une TE1. Peut-être car c’est un peu plus « seyant », on a l’effet « cromignon » avec la culotte de protection sans le cote  gros popotin, du coup pas besoin de chercher le seul pantalon (un sarouel bien souvent) qui arrive à contenir la couche…

Finalement je ne vois pas franchement de différence flagrantes avec les jetables, mais peut-être que mon utilisation est trop limitée pour ça…

Bébé 101

Un cours peu théorique mais avec beaucoup de pratique : comment s’occuper de bébé ?

Un nouveau-né c’est l’inconnu pour nous, on en a jamais vu, comment faut-il s’en occuper ?

Nous voilà donc avec nos poupons, une petite baignoire, une couche et des langes et à nous de nous débrouiller…

Quelques astuces utiles :

– les nouveau-nés n’aiment pas trop être exposés, à nus car ils ne savent pas encore bien réguler leur température, un bain tous les jours n’est donc pas nécessaire, on peut simplement procéder a un débarbouillage en règle comme expliqué ici.

– l’eau reste le meilleur produit de beauté pour la peau délicate du nouveau-né, un produit spécial n’est pas nécessaire (sauf problèmes de peau) encore moins un shampoing !

– on n’oublie pas les plis du cou et derrière les oreilles, c’est le point sale des bébés

– on couvre bébé comme nous mais avec une épaisseur de plus (si je dors en pyjama avec une couette, bébé sera à l’aise avec un pyjama, une turbulette et un body ou une couverture)

Cette séance s’est terminée par un petit atelier portage où nous avons pu essayer différents types de porte-bébés : babyjorn, sling, écharpe, et ergo…
Il va sans dire qu’après cet atelier mon Manduca ne me suffit plus et j’envisage sérieusement l’achat d’un sling ou d’une écharpe extensible 🙂

Jetables ou lavables (2)

Après relecture de cet article, je me rends compte que mon point de vue sur le sujet a quelque peu évolué depuis.

Tout d’abord nous avons déménagé. Avec un fil à linge dans le jardin, plein de soleil et une température qui avoisine les 35°C en ce moment, deux petites heures suffisent à sécher une machine entière… mon problème du séchage de couches n’en est donc plus un.

Cependant à force de lire des choses sur le sujet, je me demande si c’est vraiment si économique que ça, les couches lavables ?

En effet, j’ai cru comprendre qu’il faut en général un peu tâtonner au début jusqu’à trouver la marque et le modèle de couche qui convient au gabarit du crapaud. C’est possible de traverser cette période d’essais à moindre frais en se fournissant sur le marché des couches d’occasions, la location ou ebay.

J’ai également cru saisir que si l’on compte réutiliser les couches par la suite pour les petits frères et sœurs, cela vaut la peine d’investir dans des couches multi-tailles, ces dernières étant utilisées moins de temps, elles s’usent moins vite.

Donc en admettons qu’on investisse dans un set complet de couches parfaitement adaptées a notre loustic, si jamais le prochain bébé a un autre gabarit ou ne trouve pas ces couches à son goût, on se retrouve le bec dans l’eau et les beaux arguments pour convaincre chéri que « si, je t’assure ça vaut le cout d’investir cette petite fortune » se retrouvent au placard 😉

Enfin voilà tout ça pour dire que je compte toujours essayer les lavables, pour tous leurs autres avantages mais que je n’étais pas complètement convaincues par l’argument économique.

J’ai donc commencé à lister les couches qui vont composer mon lot d’essais. N’ayant donc plus de problèmes de séchage, je n’ai pas spécialement privilégié des matières rapides à sécher. J’ai opté pour des modèles TE1 et TE2 car c’est très proche des jetables au niveau de l’utilisation, c’est rapide et il y a peu de préparation des couches à faire. Je pense tester le système classique (couche + culotte) pour la nuit, c’est un schéma qui a l’air de bien fonctionner parmi les utilisatrices.
Je me suis servie des avis trouvé sur ce site afin de sélectionner mon petit panel de couches, à savoir:

  • 1 GroVia (anciennement Grobaby) ainsi qu’un lot de 2 pads

  • 1 Itti Bitti d’lish Snap In One

  • 1 Pop-In Dream Dri Close Parent

  • 1 Sweet bamboo + 1 Culotte Tots wrap Tots Bots

C’est sur le site Lilinappy que j’ai passé commande car j’y ai trouvé tous les modèles que j’avais repérés mais il en existe beaucou. On peut trouver une liste assez importante de toutes les boutiques vendant des couches sur lavables sur Bulle de coton.

Il n’y a plus qu’à attendre le facteur et le bébé bien sûr!

Jetables ou lavables ?

Je parle bien évidemment des couches mais aussi des lingettes, coussinets d’allaitements, protection périodiques, mouchoirs etc… bref tout ce qu’on jette à la poubelle mais qui peut tout aussi bien être fabriqué en tissu et lavé entre deux utilisations.

 Le jetable c’est la petite révolution des temps modernes, la libération de la femme, tout ça, tout ça… cependant les lavables on bien évolué depuis le temps (et les papas aussi ) et avec l’utilisation de la machine à laver et du sèche-linge, le côté contraignant des lavables d’antan se retrouve amoindri.

 Les lavables sont à la fois écologiques et économiques mais demandent plus d’entretien que les jetables.

 Chéri ayant été élevé en lavables (couches et mouchoirs) et moi en jetables, on peut dire qu’à long terme il n’y a pas de réelle différence, on a tous les deux les fesses toutes douces 😉

 Pour toutes ces raisons on pense laisser leur chance aux couches lavables mais sans insister si ça ne s’avère pas concluant.

Les points positifs qui nous parle : le prix (à long terme), le sentiment de faire un petit geste écolo, l’esthétique des couches (ben oui ça ou ça c’est quand même plus mimi que ça), le côté « je sais ce que je mets sur les fesses de mon bébé », pas d’urgence à courir au supermarché pour réparer une panne de couches, etc…

Par contre l’inconvénient majeur pour nous est le séchage des couches. Dans notre petit appartement mal agencé, sans sèche-linge ni balcon, la perspective d’avoir un étendoir à linge toujours plein trônant au milieu d’une pièce (probablement le salon car l’étendoir occupe actuellement la place du futur lit de bébé) ne m’enchante guère…  Prendre l’apéro à côté des couches qui sèchent… bof…

La solution se trouve peut-être dans l’achat d’un sèche-linge ou un déménagement…

 Pour l’instant on pense donc n’acheter que quelques lavables de marques, tailles et type différents afin de trouver ce qui conviendra a notre crapaud. En attendant eh bien ce sera jetables et qui-sait, peut-être qu’un jour lorsque j’aurais apprivoisé ma nouvelle machine à coudre, je pourrais réaliser couches (aussi jolies que celles-ci), lingettes et petits habits assortis moi-même ! Bon j’arrête de rêver et retourne m’entrainer à faire une couture droite…