Paris c’est fini

L’aventure parisienne a malheureusement pris fin cet été. Notre nouvelle destination? Retour là où tout a commencé, aux Emirats.

Un bilan mitigé donc pour cette année parisienne que l’on aurait aimé voir se prolonger un peu plus.
D’autant plus lorsqu’on se voit attribuer la place en crèche tant convoitée juste avant l’annonce de notre départ, lorsqu’on venait enfin de trouver une babysitter, lorsque j’étais parvenue a trouver un équilibre et une organisation satisfaisante de notre vie de famille….

Il a fallu tout recommencer, la paperasse, les cartons, le séjour à l’hotel, en France d’abord puis aux Emirats, les démarches de sortie d’un pays et les démarches d’entrée dans un autre, retrouver un appartement, une crèche, des voitures… Tout ceci suit son cours pour l’instant et je pense en voir le bout d’ici un bon mois….

Voilà donc ce qui explique en partie le silence de ces derniers mois.

Publicités

Poulette à Paris*

J’avais dit : « n’importe où sauf Paris ».
Et pourtant, il y a 9 mois, nous avons troqué le soleil des émirats contre la  grisaille parisienne*.

L’arrivée s’est faite en douceur, en plein mois d’août, chaud et déserté, Paris nous a charmés. Jusqu’à ce que l’on soit confronté aux administrations diverses et variées.

L’emménagement fut long et laborieux, la facilité de la vie aux Emirats était bien loin. Mais le plus gros changement a sans doute été pour moi de retravailler à plein temps et pour Poulette de quitter la crèche pour une e-nounou que nous connaissions à peine. Poulette a certes mis un peu de temps à s’habituer (pour la première fois elle s’est mise à pleurer lorsque je la déposais, et pour la première fois je ne partais pas au travail le cœur léger).
Néanmoins, en l’espace de 2 semaines, la nounou était adoptée et je crois bien qu’à la loterie des nounous, nous avons tiré le bon numéro.
Car c’est aussi à partir de ce moment que Poulette a pris « un rythme ». Fini les siestes anarchiques, un peu de régularité est apparu dans ses journées ce qui s’est répercuté également sur ses nuits, enfin paisibles.
Je savoure depuis chaque nuit sans réveil, chaque nuit passée dans un doux sommeil réparateur… (si on fait abstraction des dents et maladies bien sûr). Dormir est devenu un luxe depuis que je suis maman.

Si pour bébé le déménagement a eu un impact positif, le bilan est un peu plus mitigé pour maman. J’en ai déjà parlé  la reprise à temps complet est éprouvante. Je suis arrivée en France avec un bébé, j’ai maintenant une petite fille qui marche, court et parle… où sont passés ces derniers mois ?
Certainement pas dans mon blog vu le peu d’articles que j’arrive à publier, ni à mon travail où j’ai l’impression de piétiner, ni dans mon couple où les moments à deux sont de plus en plus rares…

Comme au début d’une expatriation, il faut un peu de temps pour s’habituer à ses nouvelles conditions de vie. On pourrait croire que c’est plus facile quand on rentre dans son pays d’origine, qu’on se réhabituera sans problèmes car on connaît : c’est chez nous.
C’est trompeur, le monde ne s’est pas arrêté de tourner en notre absence. On ne retrouve pas tout à fait ce qu’on a laissé il y a 5 ans, on ne se sent plus tout à fait « chez nous ». Et pour cause on est nous-mêmes différents. Je suis partie célibataire, je reviens mariée
avec un enfant. Je ne fais plus mes courses de la même façon, je ne sors plus dans les mêmes endroits et je ne m’intéresse plus aux mêmes choses, je prends donc plaisir à redécouvrir mon pays sous un autre jour.

Après 5 ans d’été, c’est un vrai plaisir de redécouvrir les saisons et surtout de les faire découvrir à Poulette. La pluie, la neige, le froid, les feuilles qui tombent en automne et bourgeonnent au printemps… ça l’émerveille et l’intrigue à la fois!
Mais clairement je préfère le printemps à cet hiver qui n’en finit pas, le soleil me manque, vivement qu’il revienne.

En attendant on profite également de tout ce que Paris peut nous offrir. Je suis devenue experte en stations de métro « poussette-friendly » bien que j’essaie de la prendre au minimum lui préférant le porte-bébé bien plus pratique dans le métro, la rue, les musées
et les magasins.
Je ne sors jamais en famille sans avoir consulté Ma poussette à Paris et Citizenkid, qui est bourré d’infos utiles pour les mamans parisiennes. Et pour les parisiennes tout court, en mal de bons plans et de sorties originales, il y a My Little Paris.

*ok, je triche, nous sommes en proche banlieue, les parisiens m’en voudront, les autres comprendront

Mon bidon on the move

C’est officiel, les aventures d’Aboutmybidon aux Emirats sont terminées. On referme le chapitre grossesse et bébé à l’étranger pour en commencer un nouveau : la vie à Paris.

Tous ces événements, ateliers portage, allaitement, ces boutiques et bons plans dont j’entends parler sur les blogs de maman, je vais pouvoir en profiter, youpi !

Mais avant il faut déménager. Et déménager à 5000kms n’est pas une mince affaire. Heureusement, le déménagement proprement-dit (transporter les meubles et faire les cartons) c’est des professionnels qui s’en chargent. Malgré tout j’ai voulu faire de l’excès de zèle et faire du tri avant qu’ils n’emportent tout… Qu’est-ce-qu’on accumule comme choses pendant 5 ans… 5 ans pendant lesquelles je suis passée de célibataire a mariée, 1 enfant… ca fait 103 cartons !

Le plus dur finalement c’est de faire ses valises pour 6 semaines. Avec un bébé. Entre les affaires pour le chaud, le froid, le beau, la pluie, les repas, les voyages, le transport, la crèche, la nounou, le bain, les jouets… j’appréhende la pesée à l’aéroport !