Lavables ou jetables (3)

Après la théorie et les belles paroles de femme enceinte, voici concrètement ce que je pense des lavables.

  • Les lingettes lavables vs. jetables

Completement adoptées ! Non seulement par moi et le papa mais aussi et surtout par la crèche.
J’utilise des lingettes en flanelle toutes douces pour à peu près tout : le lange, le nettoyage, le debarbouillage, etc…
J’ai une petite bassine d’eau savonneuse pres de la table à langer dans laquelle je mets couches et lingettes (ainsi que les habits tâchés). Je les laisse tremper jusqu’à la prochaine lessive, ca permet de pré-détacher pas mal et en général après un lavage à 30 ou 40°C , ça ressort nickel !
Pas de problèmes d’odeur non plus car c’est principalement des traces, le plus gros est enlevé avec la couche.

  • Les couches lavables vs. jetables

Bilan mitigé pour les couches lavables. Moi qui pensais les utiliser assez rapidement après la naissance, j’ai vite déchanté lorsqu’il m’a fallu plier en deux une couche jetable pour préma pour la mettre à ma Poulette… les couches lavables etaient presques plus grandes qu’elle !
Elles sont donc restées dans le placard quelques mois et l’habitude d’utiliser des jetables s’est installée. Je les ai ressorties récemment  et je ne les utilise qu’à la maison pour l’instant donc au rythme d’une par jour environ.

Je misais beaucoup sur les Grovia, j’avais d’ailleurs acheté 3 inserts mais finalement un insert aurait été suffisant car la sur-couche ne survit généralement jamais à un change… ce qui enlève finalement l’intérêt principal de ces couches. Finalement je crois bien que ma préférence va au duo couche+coulotte contrairement à tout ce que pensais auparavant. Je ne sais pas trop pourquoi mais j’aime mieux ça qu’une TE1. Peut-être car c’est un peu plus « seyant », on a l’effet « cromignon » avec la culotte de protection sans le cote  gros popotin, du coup pas besoin de chercher le seul pantalon (un sarouel bien souvent) qui arrive à contenir la couche…

Finalement je ne vois pas franchement de différence flagrantes avec les jetables, mais peut-être que mon utilisation est trop limitée pour ça…

Publicités

La reprise

L’un des avantages des émirats c’est que c’est un peu moins la croix et la bannière qu’en France pour trouver un mode de garde pour bébé quand maman retourne au travail.
On a donc trouvé sans trop de problèmes (à vrai dire le premier coup de fil fut le bon) une crèche pour accueillir la Poulette quand je travaille. Cette crèche est un peu loin du travail et de la maison mais :
– le lait maternel est accepté
– les lingettes lavables aussi (ils pourraient sans doute utiliser aussi les couches lavables mais je les utilise peu et juste à la maison pour l’instant), je les récupère en même temps que ma Poulette dans un petit sac plastique
– ils me remettent une petite fiche à la fin de la journée avec les heures de repas, les siestes et leur durée, les urines et selles ainsi que l’humeur de mon bébé, bref ce que j’ai souvent voulu faire lors de mon congé mais que je n’ai jamais réussi à tenir à jour !
Par contre il n’y a pas de période d’adaptation pour les bébés, on m’a dit qu’à cet âge ils étaient assez flexibles et que l’adaptation était plus pour les parents que les enfants. Etant donné que j’ai profité de plusieurs ponts pour reprendre le travail (a mi-temps), la reprise s’est faite progressivement et ça s’est très bien passé comme ça.
Laisser ma Poulette à la crèche ne m’a finalement pas paru insurmontable, elle fait de grands sourires à son éducatrice à chaque fois que je la quitte, je pars donc l’esprit tranquille…
N’empêche que… je suis quand même bien contente de la retrouver à 15h…

Jetables ou lavables ?

Je parle bien évidemment des couches mais aussi des lingettes, coussinets d’allaitements, protection périodiques, mouchoirs etc… bref tout ce qu’on jette à la poubelle mais qui peut tout aussi bien être fabriqué en tissu et lavé entre deux utilisations.

 Le jetable c’est la petite révolution des temps modernes, la libération de la femme, tout ça, tout ça… cependant les lavables on bien évolué depuis le temps (et les papas aussi ) et avec l’utilisation de la machine à laver et du sèche-linge, le côté contraignant des lavables d’antan se retrouve amoindri.

 Les lavables sont à la fois écologiques et économiques mais demandent plus d’entretien que les jetables.

 Chéri ayant été élevé en lavables (couches et mouchoirs) et moi en jetables, on peut dire qu’à long terme il n’y a pas de réelle différence, on a tous les deux les fesses toutes douces 😉

 Pour toutes ces raisons on pense laisser leur chance aux couches lavables mais sans insister si ça ne s’avère pas concluant.

Les points positifs qui nous parle : le prix (à long terme), le sentiment de faire un petit geste écolo, l’esthétique des couches (ben oui ça ou ça c’est quand même plus mimi que ça), le côté « je sais ce que je mets sur les fesses de mon bébé », pas d’urgence à courir au supermarché pour réparer une panne de couches, etc…

Par contre l’inconvénient majeur pour nous est le séchage des couches. Dans notre petit appartement mal agencé, sans sèche-linge ni balcon, la perspective d’avoir un étendoir à linge toujours plein trônant au milieu d’une pièce (probablement le salon car l’étendoir occupe actuellement la place du futur lit de bébé) ne m’enchante guère…  Prendre l’apéro à côté des couches qui sèchent… bof…

La solution se trouve peut-être dans l’achat d’un sèche-linge ou un déménagement…

 Pour l’instant on pense donc n’acheter que quelques lavables de marques, tailles et type différents afin de trouver ce qui conviendra a notre crapaud. En attendant eh bien ce sera jetables et qui-sait, peut-être qu’un jour lorsque j’aurais apprivoisé ma nouvelle machine à coudre, je pourrais réaliser couches (aussi jolies que celles-ci), lingettes et petits habits assortis moi-même ! Bon j’arrête de rêver et retourne m’entrainer à faire une couture droite…