Sleep training

« Sleep training  » (littéralement « entrainement à dormir »), je préfère cette expression à son équivalent français, le sevrage de nuit.

Depuis quelques billets (celui-ci et celui-là) ma préoccupation principale tourne autour de l’allaitement: quand, comment réduire le rythme, la nuit, le jour??
Finalement j’ai réfléchi et degagé un plan de sevrage dont la première étape et d’arrêter les tétées de nuit.

Les tétées de nuit. Efficaces, rapides, il faut moins de 10 minutes pour que maman et bébé soient rendormies chacune dans leurs lits. S’il n’y avait donc qu’un réveil ça ne serait donc pas trop contraignant. Seulement il y en a bien plus que ça, de 2 à 6 suivants les périodes. Et ce depuis sa naissance.  On a pas vu de franche amélioration ni même d’amélioration tout court ni aux 3 mois, ni aux 5 kg ni lors de la diversification.

Alors je me suis levée et je l’ai allaitée à chaque réveil. J’avais l’espoir que les tétées s’espacent d’elle-même pour finir par disparaitre. Hélas il n’en fut rien, il faut dire que notre rythme baroudeur me doit pas arranger la situation. Ces deux derniers mois, on est partis en vacances, revenus, repartis, pris 4 fois l’avion, dormi dans 8 endroits différents, etc… Poulette était toute détraquée et pour la première fois on a fait du cododo.

Dans quelques semaines c’est un déménagement qui s’annonce (et un déménagement d’un pays à un autre ça prend un bon mois), on ne sera donc vraiment tranquillse et bien installés que dans 2 mois…

2 mois de nuits hachées supplémentaires…  on a dit STOP… il FAUT qu’on dorme…

Voilà un moment que je lis avidement les expériences et témoignages de mamans blogueuses sur les nuits de leurs petits  (notamment ceux de Ficelle, Baby Pop et Maman sur terre), ainsi que les livres de Marie Thirion et Elisabeth Pantley, j’y ai donc pioché plusieurs idées à tester sur ma Poulette.Les solutions que proposent Pantley dans son livre (notamment la méthode qui consiste à arrêter les tétées de nuit des que bébé commence à se rendormir et à le laisser s’endormir complètement dans son lit) me plaisaient bien malheureusement ça n’a jamais marché avec Poulette (elle ne se rendormait que le ventre plein).  Mais il y a beaucoup de pistes à creuser pour les mamans en manque de sommeil.

On est alors passé à autre chose : supprimer les tétées sur une plage horaire de plus en plus longues, les réveils étant gérés par le papa. La première nuit Poulette a pleuré de minuit à 1h du mat. Son papa était avec elle la plupart du temps puis j’ai pris le relais.  Je me suis appliquée à ne pas lui donner de tétée car c’était ce que je lui avais expliqué et je ne voulais pas réduire à néant les efforts du papa. Elle a fini par se rendormir pour se réveiller à 5h où je lui ai donne une tétée.
Les nuits  suivantes  se sont ressemblé mais les pleurs se sont transformés en chouineries et leur durée s’est raccourcie.
La quatrième nuit, je me suis réveillée en sursaut à 5h… Bien sûr je suis allée voir si elle respirait encore, bien sûr c’était le cas, et bien sûr pas moyen de me rendormir, plus l’habitude de dormir aussi longtemps… quoique cette habitude reviendrait bien vite je crois, si seulement Poulette nous en laissait l’occasion.

Car cet exploit ne s’est pas renouvelé depuis. Le réveil de 5h s’est lentement décalé mais globalement il n’y a plus qu’1 à 2 réveils qui ne se produisent pas avant 3h, c’est déjà ça…

On persévère même s’il m’arrive parfois de craquer et de la mettre au sein pour avoir encore un peu de répit avant que le réveil ne sonne…

Publicités