Point puériculture (3)

Et pour finir ce petit point puériculture (épisodes 1 et 2), voici ce dont nous n’avons pas eu besoin, jusqu’à maintenant en tout cas.

  • On s’en est passé

Je ne souhaitais pas restreindre le champ de découvertes de Poulette, j’ai donc choisi de sécuriser la maison et de la surveiller constamment plutôt que de la cantonner à un parc de 1m2. J’en ai eu envie cependant, souvent même, mais le moment critique est passé et on a survécu, sans parc.

Suite à un accident de youpala dans ma prime jeunesse (on ne rit pas, être renverser par un youpala peut arriver à tout le monde) je ne voyais pas cet engin d’un très bon oeil. De plus nous n’avons pas de couloir et le salon est étriqué, il n’aurait pas été aisé de s’y balader en youpala. Nous avons donc fait sans et Poulette s’est débrouillée avec les moyens du bord (meubles, canapé, 4 pattes) pour se déplacer.

Un sterilisateur: forcément quand on allaite, tout ce qui à trait aux biberons est assez loin de notre quotidien. J’ai choisi de ne pas stériliser les quelques biberons (de mon lait)  que je fournissais à la crèche car Poulette prenait la grande majorité de sa nourriture directement à la source. Un bon coup de goupillon et un rinçage à l’eau très chauffe me paraisse suffisant mais cela n’engage que moi.

C’est tout ce à quoi je pense pour le moment mais il existe sans doute d’autres objets dont nous n’avons pas eu l’utilité.

Pour celles et ceux que le sujet de la puériculture intéresse (je pense aux futures mamans surtout), Un cocon pour bébé vous donnera une multitude d’infos utiles!

Point puériculture (2)

Après ma liste d’indispensables, voici la listes des erreurs et/ou craquages…

  • On aurait pu s’en passer (et on aurait mieux fait) mais on a craqué

De toutes parts, je n’en entendais que du bien,  je me suis donc procuré un coussin d’allaitement dès mon 6ème mois de grossesse. Je l’ai choisi bien grand, moelleux mais pas trop, avec une housse pour le transformer en pouf pour bébé et bien que j’ai effectivement trouvé ça très agréable en fin de grossesse, je ne l’ai presque pas utilisé pour… allaiter ! J’ai eu beau le mettre devant, derrière, le plier, le déplier, rien à faire, je n’ai jamais réussi à allaiter confortablement avec ce truc. Sans doute qu’un coussin plus petit aurait été plus adapté à cet effet. Toujours est-il qu’un petit coussin tout bête replié sous mon bras a très bien fait l’affaire.

L’emmaillotement se pratique beaucoup dans les maternités émiraties. Croyant bien faire j’avais acheté une couverture spéciale emmaillotement. Elle n’a servi que 2 fois. J’ai trouvé ça mille fois plus compliqué que la technique enseignée par les puéricultrices de néonat qui ne nécessite qu’une simple couverture, un pli à droite, un pli à gauche, on replie la pointe par en-dessous et le tour est joué. Nous avons continué l’emmaillotement à la maison jusqu’à ce que Poulette se déplie un peu, jusqu’à ce que ce tout petit bébé nous montre qu’elle avait quitté l’état de prématurité.

Non pas une, ni deux mais trois poussettes. Oui, vous avez bien lu, trois.
Les porte-bébés et écharpes c’est super (et c’est pas moi qui vais dire le contraire) mais il y a  des moments où la poussette est nécessaire: la grand-mère qui ne veut ou ne peut pas porter mais souhaite plus que tout aller se promener avec sa petite fille, la virée au parc après laquelle on passe remplir le panier de la poussette de quelques courses (couches, lait, lingettes, yaourts) pendant que bébé sieste, quand bébé veut monter/descendre, monter/descendre,  onter/descendre 20 fois en 10 minutes ou quand on veut simplement se balader léger, sans poids sur les épaules ni asticot qui se tortille pour attraper les bonnets des passants (pardon madame).
Soit, mais pourquoi 3?
Il y a donc la vraie poussette, celle qui a fait l’objet d’une étude de marché  longuement poussée (et qui rempli honorablement sa mission, pas un seul  reproche à ce jour).
Puis la Quinny Zapp quasi neuve des voisins qui voulaient s’en débarrasser. A 40€ comment résister ?
Et enfin une poussette canne premier prix, pour les voyages en avion où l’on ne voulait pas risquer de perdre ou abîmer la poussette principale ni trop s’encombrer. Certes on aurait pu se servir de la Quinny mais le harnais n’est vraiment pas fait pour les petits gabarits et elle ne s’incline pas, c’est plutôt une poussette pour les plus grands, pour les bambins qui marchent déjà et veulent juste se reposer un peu.
Même si chacune de ces poussettes nous ont bien servis et nous servent encore, il n’est absolument pas indispensable d’avoir 3 poussettes.

Un sling
Acheté en même temps que la Quinny pour une bouchée de pain, je ne m’en suis presque pas servi. Je trouve le tissu trop epais, j’ai du mal à le faire coulisser dans les anneaux. J’avais adoré celui que j’avais essayé dans un atelier de portage mais ne voulais pas y mettre un montant parfois exorbitant. Sans doute aurais-je mieux fait…  mais finalement je me suis très bien accomodée du Manduca.

Une Tripp Trapp: cette chaise elle est sublime et je la voulais depuis que mon test de grossesse avait viré (ou presque). Poulette a très vite voulu être assise, avant même de savoir le faire toute seule, on a donc acheter la chaise basique de chez le suédois car elle est bien enveloppante. Autant le dire tout de suite, elle est géniale, légère, facile à nettoyer, très sûre et bon marché. C’est la chaise parfaite!
Mais… j’ai vraiment craqué sur la Tripp Trapp alors quand l’opportunité de la faire passer sur note de frais lors du demenagmenet s’est présentée je n’ai pas hésité longtemps.
Donc voilà on a deux chaises hautes. Complètement inutile mais j’assume (quoique ça serve à la nounou qui peut ainsi nourrir les deux bébés en même temps).

Et comme je n’ai pas craqué sur tout, il reste encore une rubrique, celle des choses dont on a très bien su se passer! Ce sera pour très bientôt!

Point puériculture (1)

Après 15 mois de vie avec bébé, je peux maintenant faire un point sur ces objets qui me sont devenus indispensables, ceux que je n’aurais jamais dû acheter, ce que je n’ai jamais acheté et les « nice to have » (sympas à avoir mais pas indispensables). Bien sûr cette petite liste est personnelle et correspond à notre mode de vie qui est parfois un peu particulier (je comprends bien que tout le monde ne démange pas souvent sa maison à 5000kms) mais peut-être que mon avis aidera quelqu’un.

  • On n’aurait pas pu s’en passer

Lors de ses 2 semaines passées en neonat, Poulette n’a (heureusement) pas gouté aux joies de la couveuse mais simplement au petit berceau en plexiglas comme on en trouve dans toutes les maternités. Mais les puéricultrices avaient l’art de positionner plusieurs serviettes roulées et petites couvertures de manière à former un petit cocon douillet et légèrement incliné. Le petit lit à barreaux d’1m20 sur 60 cm nous a semblé tout à coup bien froid, plat et inhospitalier à notre crevette de 2kg. Pendant quelques jours nous avons tenté de reproduire cet arrangement de serviettes et couvertures de notre mieux sans jamais être complètement satisfait. Au gré de mes errances sur le net pendant la grossesse, j’avais repéré le cocoon a baby mais l’avais vite classé dans la catégorie des « gadgets / attrape-futurs parents ». Là je le voyais d’un autre œil et lorsque j’y ai déposé ma Poulette, elle a repris cette position qu’elle affectionnait tant en néonat. De par sa petite stature, elle a mis longtemps à déborder du cocon (6 à 7 mois,) il a donc été bien rentabilisé.

Lors de l’étape « chambre et décoration », le fauteuil de l’ami suédois qui trainait dans le bureau a déménagé dans la chambre du bébé Clairement, je sous-estimais grandement le temps que j’allais passer dans ce fauteuil ! Avoir un fauteuil confortable dans la chambre de bébé me parait donc indispensable pour allaiter (ou biberonner), s’y endormir, consoler, lire une histoire, apprendre à grimper, sauter etc…

A la sortie de néonat, nous nous sommes retrouvés avec ce tout petit bébé d’à peine 2 kg et… bon… on en fait quoi maintenant? On la pose où ?
Ce n’était pas un bébé très demandeur des bras (cela a bien changé depuis) mais très observatrice (ça ça n’a pas changé !), elle avait donc une position de choix dans son transat au milieu du salon. Elle y a aussi fait de nombreuses siestes en position semi-inclinée (qui a fait des merveilles pour son leger reflux) et de multiples découvertes (oh une plante verte !).

Nous voyageons souvent alors pour moi il était indispensable d’avoir du matériel léger, peu encombrant et facile d’entretien tout en étant de bonne qualité car le provisoire peut parfois durer (8 semaines dans le cas de notre déménagement durant lesquelles nous avons squattés chez des amis, à l’hôtel puis quelques jours dans un appartement vide). Notre kit de voyage se compose donc d’une baignoire gonflable, un sack’n seat et un lit Babybjorn.
Ajoutez un porte-bebe Manduca et vous êtes parés pour toutes les situations du quotidien pour un encombrement réduit. Enfin c’est celui auquel nous sommes parvenus si vous avez des astuces pour réduire encore les bagages je suis preneuse !

++

=

Prochain épisode: ce dont  j’aurais pu ou dû me passer…